Editorial

Jean Guion Jean Guion

JEAN PIAT

Jean Piat, immense acteur, écrivain et administrateur de l’Alliance Francophone nous a quitté cette nuit à l’âge de 94 ans. Il était né le 23 septembre 1924 à Lannoy dans le Nord. Il va rejoindre notre regretté Jean Miot, son ami, comme lui grand épicurien ! Ça va chauffer là haut !😢

Il avait, comme son mentor Maurice Druon, notre co-fondateur, une certaine idée de la France, celle de de Gaulle !

Il était l’élégance physique et morale...au théâtre comme à la ville !

Jean Piat, immense acteur, écrivain et administrateur de l’Alliance Francophone nous a quitté cette nuit à l’âge de 94 ans. Il était né le 23 septembre 1924 à Lannoy dans le Nord.

Il va rejoindre nos regrettés amis communs Pierre Messmer, Maurice Druon, Jean Miot...comme lui grands épicuriens ! Ça va chauffer là haut !😢

Jean aimait dire que sa vie s’était déroulée en trois actes : Acte I la Comédie-Française, Acte II la Comédie-Française, Acte III la Comédie-Française...

L’interrogeant sur le secret des qualités de ses interprétations il répondit :
« C’est résoudre une équation.
Bien jouer, c’est bien mentir !
Or bien jouer, c’est être sincère.
Donc, être sincère, c’est bien mentir. »

Dans quelques semaines sortira l’extraordinaire film « Edmond » d’ Alexis Michalik qui conte « l’enfantement » de Cyrano de Bergerac.

Jean rêvait de voir ce film dont nous avions beaucoup parlé depuis mon retour d’Angoulême .
Cyrano, fut un texte qu’il apprit très tôt au Français, mais qu’il n’a, disait-il, dominé qu’à l’âge de 75 ans !
Il joua son Cyrano près de 400 fois, à la Première, en 1964, le public en délire lui fit plus de cinquante rappels...

Hier soir, élégant jusqu’au bout, il a quitté la scène de la vie au moment où se levait les rideaux des scènes des théâtres parisiens !

Cette nuit j’ai rêvé, en vain, comme tant d’autres sûrement, de le rappeler sur la scène de notre Amitié...

Mais j’imagine déjà sa réponse :
« Tu plaisantes ! Jouvet m’appréciait mais lors de notre dernière rencontre, en 1947, il m’a dit : « J’ai rien pour toi mon p’tit bonhomme, mais reviens me voir ! » Et il a eu le mauvais goût de mourir avant ....Alors j’y vais, et je l’aurai ce rôle ! »

Les larmes sont l’extrême sourire disait Stendhal ...